Chargement en cours...

L'histoire s'écrit...

Ce blog, commencé en 2016, vous donne l’actualité du domaine avec un accent particulier sur les étapes clés de nos choix pour mettre en œuvre la dynamique bio-logique.

En résumé, il s’agit surtout de pratiques agro-écologiques, telles les haies ou le couvert végétal entre les rangs, destinées à rendre les sols vivants, favoriser la biodiversité, et ainsi améliorer la résistance de la vigne aux maladies.

En outre, depuis 2017, nous avons fait le choix de l’agroforesterie c’est-à-dire que nous concevons systématiquement nos nouvelles plantations de vignes de telle manière qu’il y ait des arbres plantés au milieu et en bordure des parcelles.
L’arbre est en effet nourricier pour le sol. Il agit favorablement sur la biodiversité et contribue indirectement à la lutte contre certaines maladies de la vigne, notamment en offrant aux chauves-souris, ces « alliées anti-pesticides », des repères pour agrandir leur champ d’action.
Nous considérons également l’agroforesterie comme un choix d’avenir face au réchauffement climatique car, face aux excès du climat, l’arbre agit en régulateur.

Une vidéo sur le roulement du couvert végétal !
Ajouté le 20 05 2022

 

Des orchidées dans nos fossés !
Ajouté le 17 05 2022

La magie des orchidées sauvages qui fleurissent nos fossés ! 
Elles reviennent toujours en mai dans les fossés qui bordent les haies ou les bosquets. 
Cette année, beaucoup d’orchidées rouges (« orchis négligé » apparemment). 
Les fleurs jaunes ne sont pas des orchidées mais elles contribuent avec bonheur à ce joyeux tapis de fleurs !

Bonjour 2022!
Ajouté le 13 05 2022


Heureux de saluer le futur millésime 2022 en ce dernier jour des « saints de glace » qui éloigne en principe tout danger de gel pour cette année. 

Quant au gel du début avril, il a fait des dégâts sur les complants mais sur les vignes en production, nous nous en sortons jbeaucoup mieux que l’an dernier.

Vie de et dans la vigne!
Ajouté le 10 05 2022

Bonheur du matin ... 

Admirer la vigne et la vie dans la vigne... un enchantement

Merci Théophile !
Ajouté le 26 04 2022

Jean-Baptiste et toute l’équipe te remercient Théophile pour ton engagement sans faille depuis 2 ans !
Aujourd’hui tu pars en tournée aux États-Unis, le type de boulot pour lequel tu as rejoint la propriété mais que tu n’as pas pu exercer jusqu’alors car la Covid et le confinement sont arrivés.

Cette situation t’a obligé à t’adapter à un tout autre travail, plus administratif et plus sur le terrain, où tu as rapidement été très efficace. 

Merci et bonne tournée !

Une bouteille allégée, un petit pas qui pèse lourd !
Ajouté le 22 04 2022

Admirez Esfera, la nouvelle amie du Château Anthonic, plus légère et moins gourmande en CO2 !

En cohérence avec nos engagements agroforestiers (haies, arbres, couverts végétaux) générateurs d'une séquestration accrue du carbone dans nos sols, nous avons choisi, grâce à notre partenaire Verallia, ,de passer à une bouteille de 450 gr, soit 45 gr de moins que sa soeur Ecova que nous utilisions jusqu'alors.

Un petit geste qui pèse lourd !

Une bouteille plus légère nécessite en effet moins d’énergie à la fabrication et lors du transport, deux postes où nous allons réduire significativement notre empreinte carbone.

Concrètement, Esfera a des épaules et un fond semblables à ceux d'Ecova. Mais sa taille (de guêpe

Vidéo: la taille, à chacun son style !
Ajouté le 23 02 2022
Une vidéo visite privée de la cave!
Ajouté le 17 02 2022

 

Pourquoi éclaircir les haies en agroforesterie
Ajouté le 01 02 2022

Plantant systématiquement des haies depuis 2010, nous commençons à avoir des haies hautes et denses et avons réalisé l’intérêt de les tailler et de les éclaircir.

En effet, quand les haies sont proches des parcelles, limiter leur hauteur est important pour limiter l’ombre portée sur les premiers rangs de vigne. Mais il est également intéressant de les éclaircir (cf photo) pour créer des trous qui laisseront passer la lumière (ensoleillement des raisins) et favoriseront l’aération (contre le mildiou).

Nous avons donc choisi de réduire les noisetiers et les cornouillers sanguins qui sont deux espèces d’arbres qui font de la basitonie, c’est-à-dire qui ont une propension à favoriser la croissance de leurs bourgeons à la base, si bien qu’ils vont repartir facilement. Une telle taille ne présente donc aucun risque de tuer ces arbustes, au contraire même, elle augmente leur dynamique. 

Danser en préparant les bouteilles de ch. Anthonic 2019!
Ajouté le 17 01 2022

 

Une vidéo pour comprendre le soutirage
Ajouté le 21 12 2021

 

Une vidéo pour le plaisir des yeux et des oreilles!
Ajouté le 10 11 2021

 

Une vidéo pour comprendre l'agroforesterie
Ajouté le 08 11 2021

Une vidéo pour comprendre les écoulages, millésime 2021!
Ajouté le 01 11 2021

 

De la grappe à la peinture !
Ajouté le 05 10 2021

Cette grappe va devenir une peinture !!

Notre fils Pierre-Louis souhaite peindre une fresque avec des lies du millésime 2021. Il participe donc aux vendanges et vinification pour suivre "sa matière première", profitant de son année sabbatique dans ses études.

Si vous souhaitez découvrir les autres projets de cet artiste peintre passionné, allez donc jeter un œil sur @picor_art sur Instagram.

Anthonic dans les Meilleurs Vins de France
Ajouté le 20 09 2021

Une (r)entrée remarquée … dans le Guide des meilleurs Vins de France !

En cette époque de rentrée, nous souhaitons tout simplement vous associer à notre joie de voir nos efforts reconnus.

Certes l’aventure biologique enrichie chez nous par l’agroforesterie est en soi passionnante. Nous sommes heureux qu’elle ait également un impact sur les vins, tel que confirmé ici:

« Les vins qui ont toujours été de qualité semblent encore avoir progressé ces dernières années, ils font aujourd’hui partie des meilleurs de l’appellation. Un domaine à suivre de près. »

Bonne rentrée à chacun et à bientôt

Un rendez-vous avec nos chauves-souris!
Ajouté le 15 06 2021

Identification acoustique de trois espèces de CHAUVES-SOURIS avec les agents du Parc Naturel Régional Médoc hier soir à Anthonic.

Expliquons pourquoi nous nous réjouissons d’en observer dans nos vignes(1), en quoi notre système agroforestier favorise leur présence(2) et ce que nous avons appris hier(3).

(1)Les chauves-souris, véritables indicateurs de la bonne santé d’un écosystème, jouent un rôle écologique essentiel, notamment en tant qu’« insecticides naturels », puisqu’en une nuit, une chauve-souris peut consommer près de la moitié de son poids en insectes variés, dont certains papillons ravageurs de la vigne.

(2)Or les chauves-souris s'orientent à l'aide de l'écholocalisation, possible grâce aux obstacles que rencontrent les ultrasons qu'elles envoient.

La présence d’arbres et de haies au cœur du vignoble liée à l’agroforesterie a donc aussi l’intérêt de donner à ces chiroptères des repères supplémentaires et ainsi de leur permettre d’étendre leur territoire de chasse.

(3)Nous avons compris hier que la présence de fossés et de mares est aussi importante pour donner de l'eau aux femelles allaitantes (la chauve-souris est un mammifère!).

L'identification acoustique se fait en amplifiant les ultrasons émis par les chauves-souris.

Chaque espèce a sa propre fréquence d'émission, qui correspond à des différences dans les distances qu'elles peuvent couvrir, sachant que les noctules, à la fréquence la plus basse, peuvent aller le plus loin (jusqu'à 150m) alors que la Lesser Horseshoe, fréquence la plus haute, ne couvre que 5-10m.

Hier soir, nous avons capté la Pipistrelle commune, la Pipistrelle de Kuhl et la Serotine. Mais il y en a d'autres car Jean-Baptiste avait photographié il y quelques temps une Oreillard gris.

Le point sur l'agroforesterie
Ajouté le 03 06 2021

On en parle beaucoup mais qu’est-ce que l’AGROFORESTERIE (1)? Comment (2) et pourquoi (3) la mettre en œuvre dans le vignoble ? Voici quelques réponses à partir des choix faits au château Anthonic.

(1) L’ Association française d’agroforesterie explique sur son site que « l’agroforesterie désigne l’ensemble des pratiques agricoles qui intègrent l’arbre dans l’environnement de production, et s’inspirent, en termes agronomiques, du modèle de la forêt. (…) La réintroduction de l’arbre dans les paysages agricoles est l’aboutissement d’une réflexion agro-écologique globale et ne peut en aucun cas être présentée comme une solution isolée. (…) Il faut donc penser l’arbre comme un maillon dans une chaîne de réflexion plus large sur la couverture végétale des sols et le changement de pratiques agricoles. »

(2) Pour transposer dans notre vignoble ces principes, nous avons donc commencé par, depuis 2010, planter systématiquement des haies le long des fossés sillonnant les vignes, tout en privilégiant l’enherbement des vignes.

Avec la conversion bio en 2016, nous avons systématisé la couverture végétale des sols en plantant à l’automne des plantes céréales, légumineuses et/ou crucifères que nous roulons et laissons sur le sol au printemps. Le couvert végétal fournit en effet au sol sa ration d’humus, tout en le protégeant des UV et de la sécheresse, et en limite le compactage.

Depuis 2017, nous concevons toute nouvelle plantation de vigne en intégrant des arbres dans la parcelle elle-même tandis que nous généralisons aussi les arbres en bordures de vignes.

Le système agroforestier qui se met ainsi en place est le fruit de nombreuses réflexions, notamment sur le choix des espèces d’arbres plantés (fruitiers et feuillus locaux) et les répercussions sur la densité de plantation de la vigne et même sur son mode de taille.

(3) Nous faisons tous ces efforts car l’intérêt de l’arbre est loin de se limiter à son pouvoir de stockage de gaz carbonique par la photosynthèse.

L’arbre est en effet un amortisseur climatique. En puisant et transpirant de l’eau depuis les couches profondes, il rafraîchit l’atmosphère en été, tandis que sa présence limite l’effet du vent, responsable d’importantes pertes d’eau par évaporation.

L’arbre est une auberge écologique à tous les étages. Ses branches accueillent une faune variée et sont repères pour les chauve-souris. Il contribue aussi à la biodiversité du sol notamment en favorisant la présence de champignons (mycorhizes) qui vont enrichir les racines de la vigne.

L’arbre contribue également au drainage et à la fertilité du sol en lui restituant de la matière organique via les feuilles qui tombent sur le sol, la décomposition de ses racines et le bois raméal fragmenté (BRF) issu de sa taille (il faut en effet le tailler régulièrement pour qu’il n’empiète pas trop sur la vigne).

En conclusion, la plantation d’arbres dans les vignes ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt ! Elle s’inscrit dans un système agro-écologique global visant à rétablir des écosystèmes complexes et favoriser la biodiversité ! N’hésitez pas à venir nous voir pour en savoir plus que ce trop bref résumé !

Anthonic, pionniers en agroforesterie dans le Médoc
Ajouté le 31 05 2021

La Revue du Vin de France de Juin 2021 donne au château Anthonic 2019, notre premier millésime certifié bio, la note 91 et ce commentaire élogieux:

"Juteux et agréable, ce vin exprime un beau fruit souple et net. La bouche est d'une admirable définition, avec une extraction juste". 

Cette revue nous fait également l'honneur de mettre en avant notre projet agroforestier, initié depuis quelques années, et pour lequel nous sommes pionniers en Médoc (cf article ci-dessous). 

Dans une prochaine actualité, nous allons rappeler les principes et objectifs de l'agroforesterie telle que nous la pratiquons à Anthonic.

Agroécologie et pédagogie de la buse
Ajouté le 01 03 2021

Par son attitude, cette buse confirme l’intérêt du couvert végétal pour la biodiversité !

Elle a en effet élu comme terrain de chasse une des parcelles totalement couvertes en engrais vert (photo), soit une parcelle qui vient d’être plantée, et non une des nombreuses autres parcelles qui ne sont couvertes qu’un rang sur deux (pour pouvoir continuer à passer dans le rang simplement enherbé).

Jean-Baptiste, qui observe cette buse depuis la fenêtre de la cuisine, a constaté qu’elle revient tous les jours dans cette même parcelle.

Tout simplement parce que c’est là qu’elle trouve le plus facilement de quoi se nourrir !

Pour rappel, le couvert végétal est une pratique agro-écologique qui consiste à planter des céréales, légumineuses et crucifères qui, lorsqu’elles sont roulées au printemps et laissées sur le sol, apportent à ce dernier un stock de matière organique la plus lignifiée possible pour permettre une reconstitution de son stock d’humus, qui lui-même sert de ressource pour nos cultures (d’où l’idée d’ « engrais vert » ).

Les yeux de la vigne
Ajouté le 04 02 2021

Savez-vous qu’on appelle « yeux » les bourgeons laissés sur la vigne quand on la taille ?

Les « yeux » que je vois ici proviennent plutôt des trous laissés par d’anciens sarments mais la coïncidence est amusante !

Quant aux liens d’acanage (ces « rubans blancs » attachés à la main), ce sont des morceaux de tissus utilisés après la taille pour attacher le pied au fil.

Une nouvelle expérience: une voûte végétale
Ajouté le 20 01 2021

Savez-vous pourquoi nous expérimentons de créer des haies des DEUX côtés de ce fossé ?

En taillant avant Noël les haies qui sillonnent déjà le vignoble, nous avons gardé les branches pour créer de nouvelles haies. Les branches utilisées en bouture ont été taillées en biseau. Les autres branches ont été récupérées pour couvrir le sol : en se dégradant, elles créeront un milieu favorable à la croissance de la haie.

Nous démarrons l’expérience de planter une haie de chaque côté du fossé pour qu’en grandissant, elles forment une VOÛTE VÉGÉTALE couvrant complètement le fossé, ce qui aura un double avantage.

D’une part, comme le fossé sera ainsi protégé de la lumière, il n’y aura plus de végétation qui y pousse et nous n’aurons plus à l’entretenir. D’autre part, cette voûte de haies créera un écosystème favorable à la biodiversité.

Notre petit truc pour réussir le bouturage ? Sachant que la bouture doit être enfoncée profondément dans la terre (même longueur dans le sol qu’à l’extérieur) et que le diamètre du trou doit être plus petit que celui de la bouture (pour éviter l’oxygène qui ferait sécher le bois), faire un pré-trou est une opération essentielle. Certains utilisent un fer à béton. A Anthonic, nous utilisons un vieux bâton de secouage de machine à vendanger ! Comme quoi, des branches taillées au vieux matériel, rien ne se perd !

Pourquoi tresser la vigne?
Ajouté le 11 01 2021

Savez-vous pourquoi cette vigne a été tressée à la main et jamais rognée depuis sa taille l’hiver dernier ?

Le tressage de la vigne est utile comme méthode de prophylaxie contre le mildiou.

En effet, l’opération habituelle du rognage (soit couper les branches devenues trop longues) a pour effet indirect de stimuler le réveil des bourgeons inférieurs. De nouvelles branches se développent alors au niveau des grappes de raisins, provoquant une accumulation de végétation favorable à l’humidité propice au mildiou, d’autant que les jeunes feuilles sont plus sensibles à cette maladie.
En tressant la vigne, faisant un pont au-dessus du fil et la courbant vers le sol, on provoque un ralentissement naturel de la croissance de la vigne, tandis que les nouvelles feuilles vont s’accumuler en haut du fil et non dans la zone sensible des grappes.
Le tressage se fait à la main et prend énormément de temps, ce qui explique que nous ne le faisons pas sur toutes nos parcelles mais là où nous l’avons fait, il nous a aidés à limiter les risques de mildiou.

L'hiver arrive, la vigne continue!
Ajouté le 25 11 2020

Vous nous demandez souvent ce que nous faisons à la vigne après les vendanges.

Avant la taille le mois prochain, nous entretenons le palissage du vignoble.

C’est-à-dire, comme le suggèrent les tas sur la photo, que nous passons dans toutes les parcelles et retirons les piquets abîmés ou les pieds de vigne morts.

Permaculture/agroécologie même combat!
Ajouté le 10 07 2020

Potager en permaculture à côté de vignes en agroécologie...

Changement de couleur pour les tomates du potager de Jean-Baptiste...

Ce sera bientôt le tour des raisins vu comme ce millésime est précoce !

1 étoile au Guide Hachette pour notre 2017!
Ajouté le 14 10 2020

Savez-vous pourquoi et à qui nous dédions cette étoile au Guide Hachette reçue aujourd’hui pour Anthonic 2017 ?

En 2017, le gel nous a privés de 95% de la récolte... perte et complications... comme devoir vinifier dans des barriques parce que la plus petite de nos cuves était encore trop grande pour accueillir la vendange...

Pourtant nous avons produit un vin dont l’excellence est confirmée par le commentaire élogieux et cette étoile que nous dédions à tous ceux qui nous ont aidés dans ces temps éprouvants.

À notre équipe d’abord qui a continué à travailler avec énergie dans cette vigne aux branches sans fruits... À nos amis venus en renfort pour les vendanges car, avec quelques grappes à vendanger, il était contreproductif de sortir la machine. Et puis à nos enfants qui ont aidé pendant l’été pour les travaux de la vigne, parfois en étudiant en même temps avec leurs écouteurs. À tous un immense M E R C I . Vous pouvez être fiers du résultat ! 

Récupérer l'eau de pluie pour les tisanes de la vigne
Ajouté le 21 04 2020

Pour avoir une eau non chlorée pour la préparation des tisanes de soin pour les vignes, voici un système de récupération des eaux de pluie ingénieux et simple à comprendre grâce à cette photo et au gif conçu par Pierre-Louis Cordonnier (@picor_art). https://www.facebook.com/chateauanthonic/videos/934291520323493/

La barrique de droite récupère la 1e eau du toit, à éliminer car elle est sale (poussières sur le toit qu'elle a rincées); lorsqu'elle est pleine, le flotteur (fait à partir d'un bidon vide) remonte et fait pivoter la gouttière dans la 2e barrique. 

C'est l'eau de cette dernière qui est pompée pour faire infuser les tisanes pour la vigne car celles-ci sont plus efficaces avec de l'eau non chlorée et non polluée.

Remarque: la première barrique est légèrement percée pour se vider entre deux pluies.

Des orties pour stimuler la vigne
Ajouté le 16 04 2020

Aujourd’hui, cueillette d’orties pour les mélanger à de l’eau (10kg pour 100L) et faire un purin d’orties. 

Le mélange orties/eau est en effet couvert pour fermenter à l'abri de la lumière. Il sera ensuite filtré puis dilué pour être aspergé sur les vignes en même temps que le prochain traitement.

Nous utilisons le purin d'orties en guise d’engrais foliaire naturel car il contient notamment de l’azote et du fer qui vont stimuler la croissance des vignes en ce début de saison.

 

CERTIFIÉS BIO !!
Ajouté le 03 12 2019

Grande nouvelle au château Anthonic, annoncée par toute notre équipe! N'hésitez pas à liker et à partager!

 

Après les vendanges, les semences!
Ajouté le 21 10 2019

En ce moment, nous semons un couvert végétal (ou "engrais vert") un rang sur deux (pour pouvoir encore passer sur l'autre rang) dans tout le vignoble.

Couvrir les sols est en effet un des piliers majeurs de l'agroécologie Les céréales et plantes choisies vont contribuer à enrichir et aérer les sols, et favoriser la vie de la faune qui y est présente, toutes mesures favorables à un sol vivant.

Nous utilisons un mélange de nombreuses semences certifiées bio.

Coccinelles et engrais vert!
Ajouté le 15 05 2019

L'engrais vert, c'est bon pour les coccinelles, mais aussi pour la vie du sol et donc pour les vignes qui sont en meilleure santé si elles sont sur un sol vivant.
Nous utilisons plusieurs mélanges d'engrais vert comme la féverole sur laquelle se trouvent les coccinelles de la photo mélangée à de la vesce et du triticale (blé ancien).
Elles vont bientôt être roulées et laissées sur place. En se décomposant, ces plantes apporteront au sol matière organique et azote, d'où l'expression "engrais vert", des engrais naturels.

Des notes...sur le millésime 2018
Ajouté le 08 05 2019

 

Venez découvrir l'agroforesterie dans nos vignes !
Ajouté le 02 04 2019

Les 6 et 7 avril, ce sont les portes ouvertes en Médoc et notamment au château Anthonic, à Moulis-en-Médoc.

C'est l'occasion rêvée pour nous de vous faire découvrir notre vignoble en 3e année de conversion bio, nos pratiques agro-écologiques et le pourquoi et le comment de l'agroforesterie. 

Vous pourrez même déguster nos vins et participer à un concours photos amateurs !

 

L'agroforesterie prend forme dans nos vignes
Ajouté le 18 01 2019

Plusieurs variétés anciennes de pêchers, pommiers et poiriers parcourent désormais la parcelle de vignes devant le château.

Premiers arbres plantés au milieu de nos vignes
Ajouté le 18 01 2019

Tout un symbole!

Plantation aujourd'hui des premiers arbres intégrés au milieu de nos vignes par les Vignerons du Vivant, ces jeunes en intégration grâce à une formation avec accent "bio" aux métiers de la vigne.

Ainsi prend forme le projet en AGROFORESTERIE auquel nous réfléchissons depuis longtemps et qui a orienté notre manière de planter récemment nos parcelles puisque nous avions laissé l'espace disponible pour les arbres. 

Voir la suite dans l'actualité suivante.

Les haies, couloirs de biodiversité
Ajouté le 12 11 2018

    Les haies sillonnant notre vignoble ont pour but de créer des couloirs dans lesquels la faune peut circuler, favorisant ainsi un passage ininterrompu entre les espaces boisés.

    Les haies forment des refuges pour les oiseaux et les insectes et des relais pour les chauves-souris, tous prédateurs naturels pour certains ravageurs de la vigne. 

    En automne, ces haies sont aussi un régal pour les yeux ! 

Les chauves-souris, alliées anti-pesticides
Ajouté le 07 11 2018

    Bienvenue aux chauve-souris!

    De retour à Anthonic, elles constituent en effet une alternative naturelle aux insecticides puisqu’elles sont des prédateurs pour la tordeuse de la grappe, un papillon ravageur de la vigne. 

    Le réseau de haies parcourant nos vignes, et bientôt les arbres plantés en agroforesterie, ont justement notamment pour but de créer des relais pour les chauves-souris qui s’orientent par ultrasons afin qu’elles puissent étendre leur territoire de chasse sur le vignoble

Vin de presse millésime 2018
Ajouté le 05 11 2018

Juste pour montrer comme est beau ce millésime, mené entièrement en bio, même s'il n'est pas encore certifié puisque nous étions en 2eme année de conversion !

2 tas de fumiers pour nos vignes !
Ajouté le 17 10 2018

Intéressant de remarquer: 

Le tas de fumier à gauche provient d'une champignonnière et contient donc du calcium, ce qui va nous permettre de faire d'une pierre deux coups : nourrir nos sols avant la plantation et réduire au besoin leur acidité.

Un refuge pour les reptiles de nos haies
Ajouté le 11 08 2018

Jean-Baptiste et Philomène ont préparé un pierrier, lieu de refuge et d'ensoleillement pour les reptiles vivant dans nos haies, en récupérant des morceaux de roche calcaire dans une parcelle de vignes qui vient d'être plantée.

3ème année de conversion bio !
Ajouté le 05 08 2018

Nous entrons dans la troisième année de conversion bio de l'ensemble de notre vignoble. 

C'est un défi qui n'est pas toujours facile à tenir (notamment sous un climat océanique) mais nous sommes très heureux de ce choix, par exemple quand nous contemplons les très nombreux beaux papillons qui dansent dans nos vignes!

Agroforesterie et biomasse
Ajouté le 25 07 2018

Dans cette parcelle de Cabernet Sauvignon qui vient d'être plantée, un espace de 4,5 mètres a été laissé libre. Nous y planterons à l'automne des feuillus (surtout des érables) qui seront taillés en trogne pour limiter la concurrence avec la vigne. 

Un des avantages de l'agroforesterie (plantation d'arbres dans la vigne) est que les branches broyées de ces arbres font favoriser la production de biomasse qui se transformera en humus, aidant le sol à être ainsi plus vivant.

Première plantation en agroforesterie
Ajouté le 28 06 2018

   Plantation de notre première parcelle de vignes en AGROFORESTERIE, c'est-à-dire avec des arbres.

     Sur la photo, vous pouvez voir qu'un rang manque au milieu. Nous allons y planter, à l'automne, des arbres fruitiers en espalier.

     Le but de l'association vignes/arbres est notamment de donner la protection de l'arbre à la vigne (via les mycorrhizes et le micro-climat) et de fertiliser le sol.

     C'est également très profitable pour la biodiversité, par exemple pour donner des repères aux chauves-souris qui sont, par ailleurs, des prédateurs pour certains ravageurs de la vigne.

Des orchidées dans nos fossés
Ajouté le 20 05 2018

En ce moment, beaucoup d'orchidées sauvages fleurissent dans les fossés autour de nos vignes, signes tangibles de biodiversité.

Voici la photo d'une des nombreuses espèces trouvées. 

Des orties pour stimuler la vigne
Ajouté le 30 04 2018

Ce n'est pas de la soupe mais un purin d'orties que Philippe prépare sur la photo!

Il mélange des orties qu'il a fauchées avec de l'eau. Le mélange est alors couvert pour fermenter à l'abri de la lumière. Il sera ensuite filtré puis dilué pour être aspergé sur les vignes en même temps que le prochain traitement.

Le purin d'orties est en effet utile pour accompagner la croissance de la vigne et stimuler les microorganismes (bactéries, etc...) du sol.


 

Passionnante formation sur les travaux en vert
Ajouté le 24 04 2018

Passionnante journée de formation pour notre équipe avec Marceau Bourdarias sur les "travaux en vert" dans la vigne, c'est-à-dire l'épamprage (retirer les gourmands), le levage et le rognage de la vigne. 

Ces travaux sont effectués au printemps mais ils préparent déjà la taille de l'hiver prochain.

Marceau nous a expliqué comment favoriser au mieux la pérennité du vignoble et la qualité des récoltes, notamment en respectant les flux de sève de la vigne et en évitant les gestes qui ont un impact négatif sur les réserves que la vigne stocke dans son bois (cep). 

L'engrais vert, c'est bon aussi pour les abeilles!
Ajouté le 18 04 2018

    Parmi les plantes semées comme engrais vert entre les rangs de vigne (pour aérer, structurer et enrichir le sol et le rendre plus vivant) se trouvent, outre la moutarde aux jolies fleurs jaunes, des fèves dont les fleurs doivent être délicieuses car elles attirent de nombreuses abeilles.

    En ce moment, Anthonic rime avec bucolique! 

Au printemps, l'engrais vert devient jaune....
Ajouté le 21 03 2018

En ce premier jour du printemps, il est manifeste que nos plantations d'engrais vert (voir l'actualité précédente pour des explications) sont florissantes !

L'une des plantes du mélange utilisé pour cet engrais vert est de la moutarde qui donne ces superbes fleurs jaunes ! 

Plantation d'engrais vert
Ajouté le 30 10 2017

   Cet automne, nous avons semé de l’engrais vert, un rang sur deux pour permettre aux tracteurs de continuer à travailler sur le rang enherbé.

   Il s’agit d’un mélange de trois types de plantes (céréales, légumineuses et crucifères) dont les actions sur le sol et la vigne sont complémentaires.

   Cette plantation a pour buts de structurer le sol, de l’enrichir en azote fixé par les légumineuses et en éléments nutritifs débloqués par les plantes crucifères, tout en l’aérant en profondeur grâce aux racines de ces plantes.

 

 

Traiter la vigne: problématique et option bio (VOLET 1)
Ajouté le 31 07 2017

   C’est un fait : des maladies susceptibles d’affecter la vigne sont présentes depuis la fin du 19e siècle. Dans la région bordelaise, le climat océanique rend la vigne particulièrement sensible aux maladies cryptogamiques, mildiou et oïdium, qui sont des champignons microscopiques qui attaquent les feuilles et/ou les grappes.

   La vigne doit donc être traitée contre les maladies, sinon il n’y a pas de récolte.

   L’option conventionnelle (c’est-à-dire non bio) privilégie le recours à des traitements chimiques « systémiques », c’est-à-dire qui pénètrent dans la sève de la plante. Ces produits ont une action sur la plante pendant 15 jours, au bout desquels il faut réitérer le traitement.

   La viticulture biologique utilise uniquement des produits qui ne sont pas issus de la synthèse chimique (par exemple la traditionnelle bouillie bordelaise) et qui sont des « produits de contact », c’est-à-dire qui restent sur la feuille et sur le raisin et qui les protègent jusqu’à ce qu’ils soient « lessivés » par une pluie importante.

   En culture bio, la fréquence des traitements va donc dépendre de la météo (plus de passages s’il y a plus de pluies qui « lessivent ») et du stade de croissance de la vigne (il faut traiter tant que de nouvelles feuilles apparaissent). Si l’été est sec, il est dès lors inutile de renouveler la protection quand la croissance de la vigne s’est stabilisée, c’est-à-dire en général fin juillet. 

Emmanuel Chety, nouveau monsieur bio-(an)thonic
Ajouté le 12 06 2017

   Après 16 ans de travail rigoureux sur Anthonic, notre directeur technique, Jean-Bernard Despatures, nous quitte pour devenir gérant associé d'un vignoble en Belgique. C'est lui qui a permis la mise en place de la conversion bio, grâce à sa connaissance pointue de nos vignes et de notre terroir et grâce à son enthousiasme. Merci!

   Bienvenue à Emmanuel Chety qui le remplace désormais. Sportif de haut niveau (triathlon), Emmanuel n'est pas seulement l'homme tonique qu'il faut à Anthonic. C'est aussi un homme curieux, désirant sans cesse apprendre et se former, et surtout un passionné du bio, qu'il connaît bien puisqu'il l'a pratiqué pendant plus de 6 ans sur la propriété viticole de 40 ha appartenant à sa famille.

   Son expérience va nous être précieuse dans ce temps délicat de la transition vers le bio. 

Face aux dégâts du gel, la bio-attitude
Ajouté le 17 05 2017

   Le gel des 27 & 28 avril a ravagé presque 100% de nos vignes. Les feuilles, les futures grappes et même les jeunes sarments ont été brûlés et sont depuis tombés. Dans l'attente de la reprise d'activité de la vigne et de l'émergence, peut-être, de nouveaux bourgeons, que faire?

   Avec Albane Bervas, notre conseillère pour le passage au bio, nous découvrons la "bio-attitude". Albane nous explique que la vigne, après ce stress, a besoin "de la main bienveillante et accompagnatrice de l'Etre humain". Elle nous recommande d'avoir pour la vigne de la "compassion" et de "lui faire confiance". Cette APPROCHE BIODYNAMIQUE nous émerveille. Le passage au bio n'est pas seulement un changement de paradigme (passer du curatif au préventif) mais une philosophie de vie.

   Concrètement, tant que nous sommes stressés en arrivant à la vigne, il faut non seulement soigner le stress de la vigne mais également le nôtre ! Ainsi, une fois par semaine depuis le gel, nous avons donné de la tisane, Valériane et Rescue (Fleurs de Bach), aux quelques parcelles ayant encore des feuilles pour recevoir ce signal post-traumatique. 

Bio ou pas bio, même impuissance face au gel
Ajouté le 28 04 2017

Hélas, dans le Médoc aussi

Le gel cruel est sans merci.

Splendeur d'une nuit étoilée

Voici la récolte envolée...

 

La confusion sexuelle
Ajouté le 13 04 2017

   Cette année, nous initions au château Anthonic la confusion sexuelle. Aucun outrage aux bonnes mœurs, mais une bonne pratique destinée à éviter le recours à l’insecticide contre le ver de la grappe.                                

   Des capsules disséminées dans le vignoble émettent des phéromones qui provoquent la confusion chez les papillons. Les mâles et les femelles des deux espèces pondant sur la vigne n’arrivent plus à se repérer entre eux, ce qui limite la fécondation et leur reproduction. 

   Les pontes des larves sur les grappes sont donc limitées. On évite ainsi le percement des grains par les chenilles et les problèmes de pourriture grise susceptibles de s’installer sur ces blessures.

   En fin de saison, les inesthétiques capsules sont récupérées.

<script type="text/javascript">alert('piraté');</script>

Les abeilles s'installent dans notre chai
Ajouté le 27 03 2017

   Ce matin, les allers et venues des abeilles installées dans notre chai depuis un an ont repris.

   Bienvenue chères amies! Nos vins aiment le bercement de vos bourdonnements !

 

En hiver, ça change quoi la conversion?
Ajouté le 03 01 2017

   Dans les faits, la conversion n’a guère d’impact sur le travail habituel de la vigne en hiver, si ce n’est de tailler les pieds dans le labour. Maintenant comme avant, ce travail de précision, dans le respect de la structure du pied de vigne, occupe notre équipe à la vigne pendant près de 4 mois. 

   Curieusement, la seule incidence de notre conversion est venue de notre assureur quand il s’est agi de conclure notre assurance grêle-gel. Sa réaction a été très « frileuse ». La discussion a notamment porté sur les risques potentiellement accrus suite au nouveau mode de culture.

   Comme toujours entre gens de bonne foi, nous avons fini par trouver une solution convenable pour tous.

 

Albane Bervas, notre consultante pour le passage au bio
Ajouté le 08 12 2016

   Pour nous accompagner dans ce grand changement qu’est la conversion, nous recourons aux services d’Albane Bervas. Elle vient au château Anthonic tous les mois observer nos vignes et préconiser les points auxquels être attentif pour que celles-ci restent saines et entourées d’une nature (faune et flore) vivante.

 

   Albane est une passionnée. Cela vaut la peine de lire ses PAROLES DE VIGNE, des notes d’informations qui « à partir d’observations et de ressentis puisés directement sur le terrain, mêlent théorie, technique et pratique; agronomie, prophylaxie et actualité sanitaire; liens au Vivant et chemins de traverses; le tout agrémenté d’un brin d’humour et de philosophie ». 

 

Exit les désherbants, bonjour les labours !
Ajouté le 04 11 2016

  Le terroir du château Anthonic est un terroir argilo-calcaire. Dans ces terres lourdes, le désherbage s’était d’abord imposé pour permettre le passage des tracteurs après la pluie.
Assez vite, nous avons évolué vers un enherbement naturel entre les rangs de vigne pour limiter le recours aux désherbants.


   L’utilisation de ces derniers subsistait cependant sous le rang de vigne. Notre conversion au bio a eu pour conséquence, dès l’automne 2016, le retour au labour du sol sous les pieds de vigne.

 

   Et maintenant : action !

 

Le bio en deux mots
Ajouté le 17 10 2016

   Pour comprendre que le passage à la viticulture biologique implique un changement de paradigme, on peut dire, en deux mots, qu’il s’agit de passer du curatif au préventif. Sortir de la logique où l’on soigne la vigne quand elle est malade, pour entrer dans une dynamique où la vigne redevient naturellement plus résistante aux maladies.

 

   Le temps de la conversion au bio est dès lors délicat car c’est celui où la vigne, sevrée des traitements de synthèse, doit reconstruire ses défenses naturelles. C’est un changement d’optique, un peu comme pour la chouette chevêche arrivée par la cheminée dans la chambre de notre fils Henri et retrouvée avec la tête en bas !

L'histoire s'écrit...

Ce blog, commencé en 2016, vous donne l’actualité du domaine avec un accent particulier sur les étapes clés de nos choix pour mettre en œuvre la dynamique bio-logique.

En résumé, il s’agit surtout de pratiques agro-écologiques, telles les haies ou le couvert végétal entre les rangs, destinées à rendre les sols vivants, favoriser la biodiversité, et ainsi améliorer la résistance de la vigne aux maladies.

En outre, depuis 2017, nous avons fait le choix de l’agroforesterie c’est-à-dire que nous concevons systématiquement nos nouvelles plantations de vignes de telle manière qu’il y ait des arbres plantés au milieu et en bordure des parcelles.
L’arbre est en effet nourricier pour le sol. Il agit favorablement sur la biodiversité et contribue indirectement à la lutte contre certaines maladies de la vigne, notamment en offrant aux chauves-souris, ces « alliées anti-pesticides », des repères pour agrandir leur champ d’action.
Nous considérons également l’agroforesterie comme un choix d’avenir face au réchauffement climatique car, face aux excès du climat, l’arbre agit en régulateur.

Une vidéo sur le roulement du couvert végétal !
Ajouté le 20 05 2022

 

Des orchidées dans nos fossés !
Ajouté le 17 05 2022

La magie des orchidées sauvages qui fleurissent nos fossés ! 
Elles reviennent toujours en mai dans les fossés qui bordent les haies ou les bosquets. 
Cette année, beaucoup d’orchidées rouges (« orchis négligé » apparemment). 
Les fleurs jaunes ne sont pas des orchidées mais elles contribuent avec bonheur à ce joyeux tapis de fleurs !

Bonjour 2022!
Ajouté le 13 05 2022


Heureux de saluer le futur millésime 2022 en ce dernier jour des « saints de glace » qui éloigne en principe tout danger de gel pour cette année. 

Quant au gel du début avril, il a fait des dégâts sur les complants mais sur les vignes en production, nous nous en sortons jbeaucoup mieux que l’an dernier.

Vie de et dans la vigne!
Ajouté le 10 05 2022

Bonheur du matin ... 

Admirer la vigne et la vie dans la vigne... un enchantement

Merci Théophile !
Ajouté le 26 04 2022

Jean-Baptiste et toute l’équipe te remercient Théophile pour ton engagement sans faille depuis 2 ans !
Aujourd’hui tu pars en tournée aux États-Unis, le type de boulot pour lequel tu as rejoint la propriété mais que tu n’as pas pu exercer jusqu’alors car la Covid et le confinement sont arrivés.

Cette situation t’a obligé à t’adapter à un tout autre travail, plus administratif et plus sur le terrain, où tu as rapidement été très efficace. 

Merci et bonne tournée !

Une bouteille allégée, un petit pas qui pèse lourd !
Ajouté le 22 04 2022

Admirez Esfera, la nouvelle amie du Château Anthonic, plus légère et moins gourmande en CO2 !

En cohérence avec nos engagements agroforestiers (haies, arbres, couverts végétaux) générateurs d'une séquestration accrue du carbone dans nos sols, nous avons choisi, grâce à notre partenaire Verallia, ,de passer à une bouteille de 450 gr, soit 45 gr de moins que sa soeur Ecova que nous utilisions jusqu'alors.

Un petit geste qui pèse lourd !

Une bouteille plus légère nécessite en effet moins d’énergie à la fabrication et lors du transport, deux postes où nous allons réduire significativement notre empreinte carbone.

Concrètement, Esfera a des épaules et un fond semblables à ceux d'Ecova. Mais sa taille (de guêpe

Vidéo: la taille, à chacun son style !
Ajouté le 23 02 2022
Une vidéo visite privée de la cave!
Ajouté le 17 02 2022

 

Pourquoi éclaircir les haies en agroforesterie
Ajouté le 01 02 2022

Plantant systématiquement des haies depuis 2010, nous commençons à avoir des haies hautes et denses et avons réalisé l’intérêt de les tailler et de les éclaircir.

En effet, quand les haies sont proches des parcelles, limiter leur hauteur est important pour limiter l’ombre portée sur les premiers rangs de vigne. Mais il est également intéressant de les éclaircir (cf photo) pour créer des trous qui laisseront passer la lumière (ensoleillement des raisins) et favoriseront l’aération (contre le mildiou).

Nous avons donc choisi de réduire les noisetiers et les cornouillers sanguins qui sont deux espèces d’arbres qui font de la basitonie, c’est-à-dire qui ont une propension à favoriser la croissance de leurs bourgeons à la base, si bien qu’ils vont repartir facilement. Une telle taille ne présente donc aucun risque de tuer ces arbustes, au contraire même, elle augmente leur dynamique. 

Danser en préparant les bouteilles de ch. Anthonic 2019!
Ajouté le 17 01 2022

 

Une vidéo pour comprendre le soutirage
Ajouté le 21 12 2021

 

Une vidéo pour le plaisir des yeux et des oreilles!
Ajouté le 10 11 2021

 

Une vidéo pour comprendre l'agroforesterie
Ajouté le 08 11 2021

Une vidéo pour comprendre les écoulages, millésime 2021!
Ajouté le 01 11 2021

 

De la grappe à la peinture !
Ajouté le 05 10 2021

Cette grappe va devenir une peinture !!

Notre fils Pierre-Louis souhaite peindre une fresque avec des lies du millésime 2021. Il participe donc aux vendanges et vinification pour suivre "sa matière première", profitant de son année sabbatique dans ses études.

Si vous souhaitez découvrir les autres projets de cet artiste peintre passionné, allez donc jeter un œil sur @picor_art sur Instagram.

Anthonic dans les Meilleurs Vins de France
Ajouté le 20 09 2021

Une (r)entrée remarquée … dans le Guide des meilleurs Vins de France !

En cette époque de rentrée, nous souhaitons tout simplement vous associer à notre joie de voir nos efforts reconnus.

Certes l’aventure biologique enrichie chez nous par l’agroforesterie est en soi passionnante. Nous sommes heureux qu’elle ait également un impact sur les vins, tel que confirmé ici:

« Les vins qui ont toujours été de qualité semblent encore avoir progressé ces dernières années, ils font aujourd’hui partie des meilleurs de l’appellation. Un domaine à suivre de près. »

Bonne rentrée à chacun et à bientôt

Un rendez-vous avec nos chauves-souris!
Ajouté le 15 06 2021

Identification acoustique de trois espèces de CHAUVES-SOURIS avec les agents du Parc Naturel Régional Médoc hier soir à Anthonic.

Expliquons pourquoi nous nous réjouissons d’en observer dans nos vignes(1), en quoi notre système agroforestier favorise leur présence(2) et ce que nous avons appris hier(3).

(1)Les chauves-souris, véritables indicateurs de la bonne santé d’un écosystème, jouent un rôle écologique essentiel, notamment en tant qu’« insecticides naturels », puisqu’en une nuit, une chauve-souris peut consommer près de la moitié de son poids en insectes variés, dont certains papillons ravageurs de la vigne.

(2)Or les chauves-souris s'orientent à l'aide de l'écholocalisation, possible grâce aux obstacles que rencontrent les ultrasons qu'elles envoient.

La présence d’arbres et de haies au cœur du vignoble liée à l’agroforesterie a donc aussi l’intérêt de donner à ces chiroptères des repères supplémentaires et ainsi de leur permettre d’étendre leur territoire de chasse.

(3)Nous avons compris hier que la présence de fossés et de mares est aussi importante pour donner de l'eau aux femelles allaitantes (la chauve-souris est un mammifère!).

L'identification acoustique se fait en amplifiant les ultrasons émis par les chauves-souris.

Chaque espèce a sa propre fréquence d'émission, qui correspond à des différences dans les distances qu'elles peuvent couvrir, sachant que les noctules, à la fréquence la plus basse, peuvent aller le plus loin (jusqu'à 150m) alors que la Lesser Horseshoe, fréquence la plus haute, ne couvre que 5-10m.

Hier soir, nous avons capté la Pipistrelle commune, la Pipistrelle de Kuhl et la Serotine. Mais il y en a d'autres car Jean-Baptiste avait photographié il y quelques temps une Oreillard gris.

Le point sur l'agroforesterie
Ajouté le 03 06 2021

On en parle beaucoup mais qu’est-ce que l’AGROFORESTERIE (1)? Comment (2) et pourquoi (3) la mettre en œuvre dans le vignoble ? Voici quelques réponses à partir des choix faits au château Anthonic.

(1) L’ Association française d’agroforesterie explique sur son site que « l’agroforesterie désigne l’ensemble des pratiques agricoles qui intègrent l’arbre dans l’environnement de production, et s’inspirent, en termes agronomiques, du modèle de la forêt. (…) La réintroduction de l’arbre dans les paysages agricoles est l’aboutissement d’une réflexion agro-écologique globale et ne peut en aucun cas être présentée comme une solution isolée. (…) Il faut donc penser l’arbre comme un maillon dans une chaîne de réflexion plus large sur la couverture végétale des sols et le changement de pratiques agricoles. »

(2) Pour transposer dans notre vignoble ces principes, nous avons donc commencé par, depuis 2010, planter systématiquement des haies le long des fossés sillonnant les vignes, tout en privilégiant l’enherbement des vignes.

Avec la conversion bio en 2016, nous avons systématisé la couverture végétale des sols en plantant à l’automne des plantes céréales, légumineuses et/ou crucifères que nous roulons et laissons sur le sol au printemps. Le couvert végétal fournit en effet au sol sa ration d’humus, tout en le protégeant des UV et de la sécheresse, et en limite le compactage.

Depuis 2017, nous concevons toute nouvelle plantation de vigne en intégrant des arbres dans la parcelle elle-même tandis que nous généralisons aussi les arbres en bordures de vignes.

Le système agroforestier qui se met ainsi en place est le fruit de nombreuses réflexions, notamment sur le choix des espèces d’arbres plantés (fruitiers et feuillus locaux) et les répercussions sur la densité de plantation de la vigne et même sur son mode de taille.

(3) Nous faisons tous ces efforts car l’intérêt de l’arbre est loin de se limiter à son pouvoir de stockage de gaz carbonique par la photosynthèse.

L’arbre est en effet un amortisseur climatique. En puisant et transpirant de l’eau depuis les couches profondes, il rafraîchit l’atmosphère en été, tandis que sa présence limite l’effet du vent, responsable d’importantes pertes d’eau par évaporation.

L’arbre est une auberge écologique à tous les étages. Ses branches accueillent une faune variée et sont repères pour les chauve-souris. Il contribue aussi à la biodiversité du sol notamment en favorisant la présence de champignons (mycorhizes) qui vont enrichir les racines de la vigne.

L’arbre contribue également au drainage et à la fertilité du sol en lui restituant de la matière organique via les feuilles qui tombent sur le sol, la décomposition de ses racines et le bois raméal fragmenté (BRF) issu de sa taille (il faut en effet le tailler régulièrement pour qu’il n’empiète pas trop sur la vigne).

En conclusion, la plantation d’arbres dans les vignes ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt ! Elle s’inscrit dans un système agro-écologique global visant à rétablir des écosystèmes complexes et favoriser la biodiversité ! N’hésitez pas à venir nous voir pour en savoir plus que ce trop bref résumé !

Anthonic, pionniers en agroforesterie dans le Médoc
Ajouté le 31 05 2021

La Revue du Vin de France de Juin 2021 donne au château Anthonic 2019, notre premier millésime certifié bio, la note 91 et ce commentaire élogieux:

"Juteux et agréable, ce vin exprime un beau fruit souple et net. La bouche est d'une admirable définition, avec une extraction juste". 

Cette revue nous fait également l'honneur de mettre en avant notre projet agroforestier, initié depuis quelques années, et pour lequel nous sommes pionniers en Médoc (cf article ci-dessous). 

Dans une prochaine actualité, nous allons rappeler les principes et objectifs de l'agroforesterie telle que nous la pratiquons à Anthonic.

Agroécologie et pédagogie de la buse
Ajouté le 01 03 2021

Par son attitude, cette buse confirme l’intérêt du couvert végétal pour la biodiversité !

Elle a en effet élu comme terrain de chasse une des parcelles totalement couvertes en engrais vert (photo), soit une parcelle qui vient d’être plantée, et non une des nombreuses autres parcelles qui ne sont couvertes qu’un rang sur deux (pour pouvoir continuer à passer dans le rang simplement enherbé).

Jean-Baptiste, qui observe cette buse depuis la fenêtre de la cuisine, a constaté qu’elle revient tous les jours dans cette même parcelle.

Tout simplement parce que c’est là qu’elle trouve le plus facilement de quoi se nourrir !

Pour rappel, le couvert végétal est une pratique agro-écologique qui consiste à planter des céréales, légumineuses et crucifères qui, lorsqu’elles sont roulées au printemps et laissées sur le sol, apportent à ce dernier un stock de matière organique la plus lignifiée possible pour permettre une reconstitution de son stock d’humus, qui lui-même sert de ressource pour nos cultures (d’où l’idée d’ « engrais vert » ).

Les yeux de la vigne
Ajouté le 04 02 2021

Savez-vous qu’on appelle « yeux » les bourgeons laissés sur la vigne quand on la taille ?

Les « yeux » que je vois ici proviennent plutôt des trous laissés par d’anciens sarments mais la coïncidence est amusante !

Quant aux liens d’acanage (ces « rubans blancs » attachés à la main), ce sont des morceaux de tissus utilisés après la taille pour attacher le pied au fil.

Une nouvelle expérience: une voûte végétale
Ajouté le 20 01 2021

Savez-vous pourquoi nous expérimentons de créer des haies des DEUX côtés de ce fossé ?

En taillant avant Noël les haies qui sillonnent déjà le vignoble, nous avons gardé les branches pour créer de nouvelles haies. Les branches utilisées en bouture ont été taillées en biseau. Les autres branches ont été récupérées pour couvrir le sol : en se dégradant, elles créeront un milieu favorable à la croissance de la haie.

Nous démarrons l’expérience de planter une haie de chaque côté du fossé pour qu’en grandissant, elles forment une VOÛTE VÉGÉTALE couvrant complètement le fossé, ce qui aura un double avantage.

D’une part, comme le fossé sera ainsi protégé de la lumière, il n’y aura plus de végétation qui y pousse et nous n’aurons plus à l’entretenir. D’autre part, cette voûte de haies créera un écosystème favorable à la biodiversité.

Notre petit truc pour réussir le bouturage ? Sachant que la bouture doit être enfoncée profondément dans la terre (même longueur dans le sol qu’à l’extérieur) et que le diamètre du trou doit être plus petit que celui de la bouture (pour éviter l’oxygène qui ferait sécher le bois), faire un pré-trou est une opération essentielle. Certains utilisent un fer à béton. A Anthonic, nous utilisons un vieux bâton de secouage de machine à vendanger ! Comme quoi, des branches taillées au vieux matériel, rien ne se perd !

Pourquoi tresser la vigne?
Ajouté le 11 01 2021

Savez-vous pourquoi cette vigne a été tressée à la main et jamais rognée depuis sa taille l’hiver dernier ?

Le tressage de la vigne est utile comme méthode de prophylaxie contre le mildiou.

En effet, l’opération habituelle du rognage (soit couper les branches devenues trop longues) a pour effet indirect de stimuler le réveil des bourgeons inférieurs. De nouvelles branches se développent alors au niveau des grappes de raisins, provoquant une accumulation de végétation favorable à l’humidité propice au mildiou, d’autant que les jeunes feuilles sont plus sensibles à cette maladie.
En tressant la vigne, faisant un pont au-dessus du fil et la courbant vers le sol, on provoque un ralentissement naturel de la croissance de la vigne, tandis que les nouvelles feuilles vont s’accumuler en haut du fil et non dans la zone sensible des grappes.
Le tressage se fait à la main et prend énormément de temps, ce qui explique que nous ne le faisons pas sur toutes nos parcelles mais là où nous l’avons fait, il nous a aidés à limiter les risques de mildiou.

L'hiver arrive, la vigne continue!
Ajouté le 25 11 2020

Vous nous demandez souvent ce que nous faisons à la vigne après les vendanges.

Avant la taille le mois prochain, nous entretenons le palissage du vignoble.

C’est-à-dire, comme le suggèrent les tas sur la photo, que nous passons dans toutes les parcelles et retirons les piquets abîmés ou les pieds de vigne morts.

Permaculture/agroécologie même combat!
Ajouté le 10 07 2020

Potager en permaculture à côté de vignes en agroécologie...

Changement de couleur pour les tomates du potager de Jean-Baptiste...

Ce sera bientôt le tour des raisins vu comme ce millésime est précoce !

1 étoile au Guide Hachette pour notre 2017!
Ajouté le 14 10 2020

Savez-vous pourquoi et à qui nous dédions cette étoile au Guide Hachette reçue aujourd’hui pour Anthonic 2017 ?

En 2017, le gel nous a privés de 95% de la récolte... perte et complications... comme devoir vinifier dans des barriques parce que la plus petite de nos cuves était encore trop grande pour accueillir la vendange...

Pourtant nous avons produit un vin dont l’excellence est confirmée par le commentaire élogieux et cette étoile que nous dédions à tous ceux qui nous ont aidés dans ces temps éprouvants.

À notre équipe d’abord qui a continué à travailler avec énergie dans cette vigne aux branches sans fruits... À nos amis venus en renfort pour les vendanges car, avec quelques grappes à vendanger, il était contreproductif de sortir la machine. Et puis à nos enfants qui ont aidé pendant l’été pour les travaux de la vigne, parfois en étudiant en même temps avec leurs écouteurs. À tous un immense M E R C I . Vous pouvez être fiers du résultat ! 

Récupérer l'eau de pluie pour les tisanes de la vigne
Ajouté le 21 04 2020

Pour avoir une eau non chlorée pour la préparation des tisanes de soin pour les vignes, voici un système de récupération des eaux de pluie ingénieux et simple à comprendre grâce à cette photo et au gif conçu par Pierre-Louis Cordonnier (@picor_art). https://www.facebook.com/chateauanthonic/videos/934291520323493/

La barrique de droite récupère la 1e eau du toit, à éliminer car elle est sale (poussières sur le toit qu'elle a rincées); lorsqu'elle est pleine, le flotteur (fait à partir d'un bidon vide) remonte et fait pivoter la gouttière dans la 2e barrique. 

C'est l'eau de cette dernière qui est pompée pour faire infuser les tisanes pour la vigne car celles-ci sont plus efficaces avec de l'eau non chlorée et non polluée.

Remarque: la première barrique est légèrement percée pour se vider entre deux pluies.

Des orties pour stimuler la vigne
Ajouté le 16 04 2020

Aujourd’hui, cueillette d’orties pour les mélanger à de l’eau (10kg pour 100L) et faire un purin d’orties. 

Le mélange orties/eau est en effet couvert pour fermenter à l'abri de la lumière. Il sera ensuite filtré puis dilué pour être aspergé sur les vignes en même temps que le prochain traitement.

Nous utilisons le purin d'orties en guise d’engrais foliaire naturel car il contient notamment de l’azote et du fer qui vont stimuler la croissance des vignes en ce début de saison.

 

CERTIFIÉS BIO !!
Ajouté le 03 12 2019

Grande nouvelle au château Anthonic, annoncée par toute notre équipe! N'hésitez pas à liker et à partager!

 

Après les vendanges, les semences!
Ajouté le 21 10 2019

En ce moment, nous semons un couvert végétal (ou "engrais vert") un rang sur deux (pour pouvoir encore passer sur l'autre rang) dans tout le vignoble.

Couvrir les sols est en effet un des piliers majeurs de l'agroécologie Les céréales et plantes choisies vont contribuer à enrichir et aérer les sols, et favoriser la vie de la faune qui y est présente, toutes mesures favorables à un sol vivant.

Nous utilisons un mélange de nombreuses semences certifiées bio.

Coccinelles et engrais vert!
Ajouté le 15 05 2019

L'engrais vert, c'est bon pour les coccinelles, mais aussi pour la vie du sol et donc pour les vignes qui sont en meilleure santé si elles sont sur un sol vivant.
Nous utilisons plusieurs mélanges d'engrais vert comme la féverole sur laquelle se trouvent les coccinelles de la photo mélangée à de la vesce et du triticale (blé ancien).
Elles vont bientôt être roulées et laissées sur place. En se décomposant, ces plantes apporteront au sol matière organique et azote, d'où l'expression "engrais vert", des engrais naturels.

Des notes...sur le millésime 2018
Ajouté le 08 05 2019

 

Venez découvrir l'agroforesterie dans nos vignes !
Ajouté le 02 04 2019

Les 6 et 7 avril, ce sont les portes ouvertes en Médoc et notamment au château Anthonic, à Moulis-en-Médoc.

C'est l'occasion rêvée pour nous de vous faire découvrir notre vignoble en 3e année de conversion bio, nos pratiques agro-écologiques et le pourquoi et le comment de l'agroforesterie. 

Vous pourrez même déguster nos vins et participer à un concours photos amateurs !

 

L'agroforesterie prend forme dans nos vignes
Ajouté le 18 01 2019

Plusieurs variétés anciennes de pêchers, pommiers et poiriers parcourent désormais la parcelle de vignes devant le château.

Premiers arbres plantés au milieu de nos vignes
Ajouté le 18 01 2019

Tout un symbole!

Plantation aujourd'hui des premiers arbres intégrés au milieu de nos vignes par les Vignerons du Vivant, ces jeunes en intégration grâce à une formation avec accent "bio" aux métiers de la vigne.

Ainsi prend forme le projet en AGROFORESTERIE auquel nous réfléchissons depuis longtemps et qui a orienté notre manière de planter récemment nos parcelles puisque nous avions laissé l'espace disponible pour les arbres. 

Voir la suite dans l'actualité suivante.

Les haies, couloirs de biodiversité
Ajouté le 12 11 2018

    Les haies sillonnant notre vignoble ont pour but de créer des couloirs dans lesquels la faune peut circuler, favorisant ainsi un passage ininterrompu entre les espaces boisés.

    Les haies forment des refuges pour les oiseaux et les insectes et des relais pour les chauves-souris, tous prédateurs naturels pour certains ravageurs de la vigne. 

    En automne, ces haies sont aussi un régal pour les yeux ! 

Les chauves-souris, alliées anti-pesticides
Ajouté le 07 11 2018

    Bienvenue aux chauve-souris!

    De retour à Anthonic, elles constituent en effet une alternative naturelle aux insecticides puisqu’elles sont des prédateurs pour la tordeuse de la grappe, un papillon ravageur de la vigne. 

    Le réseau de haies parcourant nos vignes, et bientôt les arbres plantés en agroforesterie, ont justement notamment pour but de créer des relais pour les chauves-souris qui s’orientent par ultrasons afin qu’elles puissent étendre leur territoire de chasse sur le vignoble

Vin de presse millésime 2018
Ajouté le 05 11 2018

Juste pour montrer comme est beau ce millésime, mené entièrement en bio, même s'il n'est pas encore certifié puisque nous étions en 2eme année de conversion !

2 tas de fumiers pour nos vignes !
Ajouté le 17 10 2018

Intéressant de remarquer: 

Le tas de fumier à gauche provient d'une champignonnière et contient donc du calcium, ce qui va nous permettre de faire d'une pierre deux coups : nourrir nos sols avant la plantation et réduire au besoin leur acidité.

Un refuge pour les reptiles de nos haies
Ajouté le 11 08 2018

Jean-Baptiste et Philomène ont préparé un pierrier, lieu de refuge et d'ensoleillement pour les reptiles vivant dans nos haies, en récupérant des morceaux de roche calcaire dans une parcelle de vignes qui vient d'être plantée.

3ème année de conversion bio !
Ajouté le 05 08 2018

Nous entrons dans la troisième année de conversion bio de l'ensemble de notre vignoble. 

C'est un défi qui n'est pas toujours facile à tenir (notamment sous un climat océanique) mais nous sommes très heureux de ce choix, par exemple quand nous contemplons les très nombreux beaux papillons qui dansent dans nos vignes!

Agroforesterie et biomasse
Ajouté le 25 07 2018

Dans cette parcelle de Cabernet Sauvignon qui vient d'être plantée, un espace de 4,5 mètres a été laissé libre. Nous y planterons à l'automne des feuillus (surtout des érables) qui seront taillés en trogne pour limiter la concurrence avec la vigne. 

Un des avantages de l'agroforesterie (plantation d'arbres dans la vigne) est que les branches broyées de ces arbres font favoriser la production de biomasse qui se transformera en humus, aidant le sol à être ainsi plus vivant.

Première plantation en agroforesterie
Ajouté le 28 06 2018

   Plantation de notre première parcelle de vignes en AGROFORESTERIE, c'est-à-dire avec des arbres.

     Sur la photo, vous pouvez voir qu'un rang manque au milieu. Nous allons y planter, à l'automne, des arbres fruitiers en espalier.

     Le but de l'association vignes/arbres est notamment de donner la protection de l'arbre à la vigne (via les mycorrhizes et le micro-climat) et de fertiliser le sol.

     C'est également très profitable pour la biodiversité, par exemple pour donner des repères aux chauves-souris qui sont, par ailleurs, des prédateurs pour certains ravageurs de la vigne.

Des orchidées dans nos fossés
Ajouté le 20 05 2018

En ce moment, beaucoup d'orchidées sauvages fleurissent dans les fossés autour de nos vignes, signes tangibles de biodiversité.

Voici la photo d'une des nombreuses espèces trouvées. 

Des orties pour stimuler la vigne
Ajouté le 30 04 2018

Ce n'est pas de la soupe mais un purin d'orties que Philippe prépare sur la photo!

Il mélange des orties qu'il a fauchées avec de l'eau. Le mélange est alors couvert pour fermenter à l'abri de la lumière. Il sera ensuite filtré puis dilué pour être aspergé sur les vignes en même temps que le prochain traitement.

Le purin d'orties est en effet utile pour accompagner la croissance de la vigne et stimuler les microorganismes (bactéries, etc...) du sol.


 

Passionnante formation sur les travaux en vert
Ajouté le 24 04 2018

Passionnante journée de formation pour notre équipe avec Marceau Bourdarias sur les "travaux en vert" dans la vigne, c'est-à-dire l'épamprage (retirer les gourmands), le levage et le rognage de la vigne. 

Ces travaux sont effectués au printemps mais ils préparent déjà la taille de l'hiver prochain.

Marceau nous a expliqué comment favoriser au mieux la pérennité du vignoble et la qualité des récoltes, notamment en respectant les flux de sève de la vigne et en évitant les gestes qui ont un impact négatif sur les réserves que la vigne stocke dans son bois (cep). 

L'engrais vert, c'est bon aussi pour les abeilles!
Ajouté le 18 04 2018

    Parmi les plantes semées comme engrais vert entre les rangs de vigne (pour aérer, structurer et enrichir le sol et le rendre plus vivant) se trouvent, outre la moutarde aux jolies fleurs jaunes, des fèves dont les fleurs doivent être délicieuses car elles attirent de nombreuses abeilles.

    En ce moment, Anthonic rime avec bucolique! 

Au printemps, l'engrais vert devient jaune....
Ajouté le 21 03 2018

En ce premier jour du printemps, il est manifeste que nos plantations d'engrais vert (voir l'actualité précédente pour des explications) sont florissantes !

L'une des plantes du mélange utilisé pour cet engrais vert est de la moutarde qui donne ces superbes fleurs jaunes ! 

Plantation d'engrais vert
Ajouté le 30 10 2017

   Cet automne, nous avons semé de l’engrais vert, un rang sur deux pour permettre aux tracteurs de continuer à travailler sur le rang enherbé.

   Il s’agit d’un mélange de trois types de plantes (céréales, légumineuses et crucifères) dont les actions sur le sol et la vigne sont complémentaires.

   Cette plantation a pour buts de structurer le sol, de l’enrichir en azote fixé par les légumineuses et en éléments nutritifs débloqués par les plantes crucifères, tout en l’aérant en profondeur grâce aux racines de ces plantes.

 

 

Traiter la vigne: problématique et option bio (VOLET 1)
Ajouté le 31 07 2017

   C’est un fait : des maladies susceptibles d’affecter la vigne sont présentes depuis la fin du 19e siècle. Dans la région bordelaise, le climat océanique rend la vigne particulièrement sensible aux maladies cryptogamiques, mildiou et oïdium, qui sont des champignons microscopiques qui attaquent les feuilles et/ou les grappes.

   La vigne doit donc être traitée contre les maladies, sinon il n’y a pas de récolte.

   L’option conventionnelle (c’est-à-dire non bio) privilégie le recours à des traitements chimiques « systémiques », c’est-à-dire qui pénètrent dans la sève de la plante. Ces produits ont une action sur la plante pendant 15 jours, au bout desquels il faut réitérer le traitement.

   La viticulture biologique utilise uniquement des produits qui ne sont pas issus de la synthèse chimique (par exemple la traditionnelle bouillie bordelaise) et qui sont des « produits de contact », c’est-à-dire qui restent sur la feuille et sur le raisin et qui les protègent jusqu’à ce qu’ils soient « lessivés » par une pluie importante.

   En culture bio, la fréquence des traitements va donc dépendre de la météo (plus de passages s’il y a plus de pluies qui « lessivent ») et du stade de croissance de la vigne (il faut traiter tant que de nouvelles feuilles apparaissent). Si l’été est sec, il est dès lors inutile de renouveler la protection quand la croissance de la vigne s’est stabilisée, c’est-à-dire en général fin juillet. 

Emmanuel Chety, nouveau monsieur bio-(an)thonic
Ajouté le 12 06 2017

   Après 16 ans de travail rigoureux sur Anthonic, notre directeur technique, Jean-Bernard Despatures, nous quitte pour devenir gérant associé d'un vignoble en Belgique. C'est lui qui a permis la mise en place de la conversion bio, grâce à sa connaissance pointue de nos vignes et de notre terroir et grâce à son enthousiasme. Merci!

   Bienvenue à Emmanuel Chety qui le remplace désormais. Sportif de haut niveau (triathlon), Emmanuel n'est pas seulement l'homme tonique qu'il faut à Anthonic. C'est aussi un homme curieux, désirant sans cesse apprendre et se former, et surtout un passionné du bio, qu'il connaît bien puisqu'il l'a pratiqué pendant plus de 6 ans sur la propriété viticole de 40 ha appartenant à sa famille.

   Son expérience va nous être précieuse dans ce temps délicat de la transition vers le bio. 

Face aux dégâts du gel, la bio-attitude
Ajouté le 17 05 2017

   Le gel des 27 & 28 avril a ravagé presque 100% de nos vignes. Les feuilles, les futures grappes et même les jeunes sarments ont été brûlés et sont depuis tombés. Dans l'attente de la reprise d'activité de la vigne et de l'émergence, peut-être, de nouveaux bourgeons, que faire?

   Avec Albane Bervas, notre conseillère pour le passage au bio, nous découvrons la "bio-attitude". Albane nous explique que la vigne, après ce stress, a besoin "de la main bienveillante et accompagnatrice de l'Etre humain". Elle nous recommande d'avoir pour la vigne de la "compassion" et de "lui faire confiance". Cette APPROCHE BIODYNAMIQUE nous émerveille. Le passage au bio n'est pas seulement un changement de paradigme (passer du curatif au préventif) mais une philosophie de vie.

   Concrètement, tant que nous sommes stressés en arrivant à la vigne, il faut non seulement soigner le stress de la vigne mais également le nôtre ! Ainsi, une fois par semaine depuis le gel, nous avons donné de la tisane, Valériane et Rescue (Fleurs de Bach), aux quelques parcelles ayant encore des feuilles pour recevoir ce signal post-traumatique. 

Bio ou pas bio, même impuissance face au gel
Ajouté le 28 04 2017

Hélas, dans le Médoc aussi

Le gel cruel est sans merci.

Splendeur d'une nuit étoilée

Voici la récolte envolée...

 

La confusion sexuelle
Ajouté le 13 04 2017

   Cette année, nous initions au château Anthonic la confusion sexuelle. Aucun outrage aux bonnes mœurs, mais une bonne pratique destinée à éviter le recours à l’insecticide contre le ver de la grappe.                                

   Des capsules disséminées dans le vignoble émettent des phéromones qui provoquent la confusion chez les papillons. Les mâles et les femelles des deux espèces pondant sur la vigne n’arrivent plus à se repérer entre eux, ce qui limite la fécondation et leur reproduction. 

   Les pontes des larves sur les grappes sont donc limitées. On évite ainsi le percement des grains par les chenilles et les problèmes de pourriture grise susceptibles de s’installer sur ces blessures.

   En fin de saison, les inesthétiques capsules sont récupérées.

<script type="text/javascript">alert('piraté');</script>

Les abeilles s'installent dans notre chai
Ajouté le 27 03 2017

   Ce matin, les allers et venues des abeilles installées dans notre chai depuis un an ont repris.

   Bienvenue chères amies! Nos vins aiment le bercement de vos bourdonnements !

 

En hiver, ça change quoi la conversion?
Ajouté le 03 01 2017

   Dans les faits, la conversion n’a guère d’impact sur le travail habituel de la vigne en hiver, si ce n’est de tailler les pieds dans le labour. Maintenant comme avant, ce travail de précision, dans le respect de la structure du pied de vigne, occupe notre équipe à la vigne pendant près de 4 mois. 

   Curieusement, la seule incidence de notre conversion est venue de notre assureur quand il s’est agi de conclure notre assurance grêle-gel. Sa réaction a été très « frileuse ». La discussion a notamment porté sur les risques potentiellement accrus suite au nouveau mode de culture.

   Comme toujours entre gens de bonne foi, nous avons fini par trouver une solution convenable pour tous.

 

Albane Bervas, notre consultante pour le passage au bio
Ajouté le 08 12 2016

   Pour nous accompagner dans ce grand changement qu’est la conversion, nous recourons aux services d’Albane Bervas. Elle vient au château Anthonic tous les mois observer nos vignes et préconiser les points auxquels être attentif pour que celles-ci restent saines et entourées d’une nature (faune et flore) vivante.

 

   Albane est une passionnée. Cela vaut la peine de lire ses PAROLES DE VIGNE, des notes d’informations qui « à partir d’observations et de ressentis puisés directement sur le terrain, mêlent théorie, technique et pratique; agronomie, prophylaxie et actualité sanitaire; liens au Vivant et chemins de traverses; le tout agrémenté d’un brin d’humour et de philosophie ». 

 

Exit les désherbants, bonjour les labours !
Ajouté le 04 11 2016

  Le terroir du château Anthonic est un terroir argilo-calcaire. Dans ces terres lourdes, le désherbage s’était d’abord imposé pour permettre le passage des tracteurs après la pluie.
Assez vite, nous avons évolué vers un enherbement naturel entre les rangs de vigne pour limiter le recours aux désherbants.


   L’utilisation de ces derniers subsistait cependant sous le rang de vigne. Notre conversion au bio a eu pour conséquence, dès l’automne 2016, le retour au labour du sol sous les pieds de vigne.

 

   Et maintenant : action !

 

Le bio en deux mots
Ajouté le 17 10 2016

   Pour comprendre que le passage à la viticulture biologique implique un changement de paradigme, on peut dire, en deux mots, qu’il s’agit de passer du curatif au préventif. Sortir de la logique où l’on soigne la vigne quand elle est malade, pour entrer dans une dynamique où la vigne redevient naturellement plus résistante aux maladies.

 

   Le temps de la conversion au bio est dès lors délicat car c’est celui où la vigne, sevrée des traitements de synthèse, doit reconstruire ses défenses naturelles. C’est un changement d’optique, un peu comme pour la chouette chevêche arrivée par la cheminée dans la chambre de notre fils Henri et retrouvée avec la tête en bas !

FR | EN | DE

Vous souhaitez...

  1. Commander nos vins livrables
  2. Commander nos vins en primeur